Le bateau est plus grand qu ’ un immeuble du quinze étages . Il est semblable à une galerie marchande. Il est plus puissant qu’une vague.

M.Fl

info document -  voir en grand cette image

Ce monstre des mers

A ce moment le ferry naviguait, fracassant les flots ténébreux de la Manche. C’était comme une villa sur l’eau, il y avait plusieurs cuisines, chambres, salons et réfectoires. Entraîné par les flots, il est le maître de l’eau. Il dirige son corps tout de fer au son des rouleaux. Il déroule un long tapis blanc sur la mer noire et déchaînée. La mer le provoque mais il reste immobile comme un arbre enraciné. On s’approche des côtes, il pointe le bout de son nez et accoste.

E.B

info document -  voir en grand cette image

A notre arrivée devant le bateau, nous avions peur, il nous attendait comme un ogre attend son dîner et il nous embarqua vers le nord comme de vulgaires otages. Ce cheval de fer galopait vers l’Angleterre. Sa cadence nous balançait d’avant en arrière et de gauche à droite sans se soucier du moindre mal de ces cavaliers. Ses cabines, comme de vulgaires cages à rats, semblaient se refermer sur nous ! Ce bateau était un cheval sur une piste de course qui n’avait qu’un seul et unique but, arriver à destination. Il cassait les vagues et perçait le vent, on aurait put l’appeler « Le Démon Des Mers ».

A.H

info document -  voir en grand cette image

The Ferry

Le ferry était si énorme,si impressionnant, on aurait dit un énorme immeuble flottant. Dedans, on y trouvait de tout, des boutiques, des cabines, des bars, des salles de jeux… On aurait dit une ville toute entière qui s’y était installée. Le ferry n’avançait pas plus vite qu’une tortue.

L.B

info document -  voir en grand cette image

Le Géant des Mers

Je passais devant ce géant des mers, sa grandeur m’impressionnait, il donnait l’illusion de recouvrir toute l’eau du port. Ce ferry-là qui allait vers l’Angleterre, était rempli de minuscules fourmis, car beaucoup de personnes aiment ce merveilleux pays. De nombreux visages allaient et venaient dans ses immenses couloirs. Voilà que retentit la sonnerie du départ de ce grand corps qui flotte ! Le sol commence alors a légèrement ondulé comme une douce berceuse à l’oreille d’un bébé.

M.Fr

info document -  voir en grand cette image